Écrire Myanmar. Nouvelles condamnations pour un manifestant et sa fille : U Sein Than et Nae Nway Than

Action complémentaire sur l’AU 218/14, ASA 16/021/2014, 18 septembre 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 30 OCTOBRE 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Le leader local U Sein Than a été condamné à quatre peines supplémentaires pour avoir participé à plusieurs manifestations pacifiques au Myanmar. Il doit désormais purger deux ans d’emprisonnement, uniquement pour avoir exercé sans violence ses droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique. Sa fille et quatre personnes sont également inculpées pour avoir manifesté sans autorisation. Le 9 septembre, U Sein Than a été condamné à quatre mois de prison au titre de la loi municipale de Yangon. Il avait déjà été condamné à quatre mois le 29 août au titre de l’article 18 de la Loi relative aux rassemblements et aux défilés pacifiques, pour avoir organisé un sit-in pacifique qui se déroule à côté des jardins de Maha Bandoola, près de l’hôtel de ville de Yangon. Les manifestants protestent contre le fait que les autorités du Myanmar n’ont toujours pas résolu le conflit foncier touchant leur communauté. Il s’agit des habitants du village de Michaungkan, à Yangon, qui assurent que leurs terres ont été confisquées par l’armée du Myanmar au début des années 1990. Ils demandent donc activement leur restitution. U Sein Than a été inculpé au titre de l’article 18 pour avoir manifesté sans autorisation, et Amnesty International croit comprendre – sans avoir pu le confirmer – que l’accusation portée au titre de la (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir