Écrire Haïti. Des résidents d’un camp attaqués, d’autres en danger

AU 247/14, AMR 36/013/2014, 1er octobre 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 12 NOVEMBRE 2014 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Une femme a été tuée lorsque des agents municipaux ont ouvert le feu afin de faire fuir des vendeurs de rue près d’un camp de fortune pour personnes déplacées à Port-au-Prince. Deux autres résidents du camp ont été blessés par la police. Les habitants craignent de nouvelles violences de la part de la municipalité et de la police. Le 26 septembre 2014, des agents municipaux armés de la Brigade de contrôle des rues de Delmas sont intervenus pour empêcher des vendeurs de rue de s’installer sur une route publique. Ces derniers menaient leur activité près d’Acra Adoquin Delmas 33 – un camp de fortune pour des personnes déplacées qui se sont retrouvées sans domicile à la suite du séisme de janvier 2010 – dans la municipalité de Delmas, dans la banlieue de Port-au-Prince, la capitale d’Haïti. Lorsque les vendeurs de rue ont voulu résister, les agents ont ouvert le feu sans discernement. Une balle a touché Carline Jean, résidente du camp et mère de six jeunes enfants, qui est morte sur le coup. Selon un membre du comité du camp, lorsque les résidents ont commencé à défiler dans les rues à la suite de cette attaque violente, la police a dispersé la foule en utilisant du gaz lacrymogène et des balles réelles. Une autre femme, Janvier Cloraine, et un enfant âgé d’un an, Vilon Guery, auraient été blessés par balle. Selon (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse