Écrire Pakistan. Un gardien de prison tire sur un détenu malade mental, Mohammad Asghar

Action complémentaire sur l’AU 23/14, ASA 33/014/2014, 3 octobre 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 14 NOVEMBRE 2014 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Mohammad Asghar, emprisonné pour blasphème, a été blessé par balle par un gardien de prison au Pakistan. Il est soigné à l’hôpital, mais ses avocats pensent qu’il risque encore d’être tué. Le 25 septembre, un gardien de prison a tiré dans le dos de Mohammad Asghar, âgé de 70 ans, vraisemblablement avec l’intention de le tuer. Ce dernier est dans un état stable dans un hôpital local. Son agresseur a été arrêté et inculpé de tentative de meurtre par les autorités provinciales, et huit autres gardiens de prison ont été suspendus de leurs fonctions. Ressortissant britannique d’origine pakistanaise, Mohammad Asghar s’est vu diagnostiquer une schizophrénie paranoïde au Royaume-Uni en 2010. Il est ensuite parti s’installer au Pakistan. En 2014, il a été reconnu coupable de blasphème et condamné à mort. Malgré son diagnostic au Royaume-Uni, le tribunal a estimé qu’il était sain d’esprit. Il se trouve maintenant dans le couloir de la mort à la prison d’Adiala, dans la ville de Rawalpindi (province du Pendjab). Zaffar Bhatti, un pasteur chrétien qui fait l’objet d’un procès pour blasphème depuis 2012, était présent dans le même quartier pénitentiaire que Mohammad Asghar au moment de la tentative de meurtre. Tous deux nient les faits qui leur sont reprochés. Des informations parues dans un premier temps (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir