Écrire La France doit suspendre une expulsion forcée imminente

AU 261/14, EUR 21/006/2014 20 octobre 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 1er DÉCEMBRE 2014 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Plus de 200 Roms, dont une cinquantaine de mineurs, vivant dans un quartier informel près de Bobigny (banlieue nord-est de Paris), risquent d’être expulsés de force dans les 48 heures bien que le tribunal de grande instance de Bobigny ait estimé en juillet qu’il n’était pas urgent de procéder à une expulsion. D’après les informations disponibles, cette expulsion forcée aura lieu dans les prochaines 48 heures. À ce jour, seul un tiers des occupants du camp se sont vu proposer des solutions de relogement. C’est notamment sur les familles avec des enfants scolarisés à Bobigny que cette mesure aura l’effet le plus défavorable. Cette expulsion forcée mettra à la rue de nombreux occupants, en particulier des familles dont certains membres sont de très jeunes enfants ou des personnes âgées ou infirmes. Selon les autorités, cette expulsion est justifiée pour des raisons de sécurité, surtout en ce qui concerne l’alimentation électrique. En février 2014, un incendie a détruit une partie de ce quartier informel et tué un enfant. Les autorités ne se sont cependant pas penchées sur la question et n’ont rien fait pour améliorer la situation de sécurité dans le camp. Le 5 août, un diagnostic social a été réalisé. Un grand nombre des familles vivant actuellement dans ce camp n’étaient cependant pas présentes car l’évaluation a eu (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse