Écrire Bahrein. Des Bahreïnites rendus apatrides exposés au harcèlement

Action complémentaire sur l’AU 99/14, MDE 11/042/2014, 30 octobre 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 DÉCEMBRE 2014.Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Dix Bahreïnites arbitrairement déchus de leur nationalité en 2012 risquent d’être victimes de harcèlement et d’actes d’intimidation tandis qu’ils attendent l’issue du recours formé contre une décision de justice ordonnant leur expulsion. Mardi 28 octobre, un tribunal de première instance de la capitale, Manama, a ordonné l’expulsion de 10 membres d’un groupe de 31 personnes dont la nationalité bahreïnite a été révoquée arbitrairement le 7 novembre 2012, et les a en outre condamnés à verser une amende de 100 dinars bahreïnites (soit environ 210 euros). Ces 10 individus vivent à Bahreïn. Les 21 autres se trouvent à l’étranger. Figurent parmi eux deux anciens députés, ainsi que des militants et des dignitaires religieux. Ces neuf hommes et une femme n’ont pas d’autres nationalité et ont donc été rendus apatrides. Le lendemain de leur déclaration de culpabilité, leurs avocats ont interjeté appel et leur cas a été renvoyé devant une cour d’appel. La date de l’audience a été fixée au 14 avril 2015. L’ordre d’expulsion a été suspendu le temps que la cour rende son jugement. Tôt le matin du 29 octobre, un des ces 10 individus, Ismail Khalil Darwish Ghulom, un pêcheur, a été arrêté à hauteur d’un poste de contrôle à al Dair, dans le nord du pays, et conduit au poste de police de Samahij, car il n’avait pas ses papiers sur (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir