Écrire Cambodge. Des défenseures du droit au logement et un moine bouddhiste condamnés

AU 288/14, ASA 23/007/2014, 14 novembre 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 26 DÉCEMBRE 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Sept défenseures du droit au logement du quartier de Boeung Kak, à Phnom Penh, la capitale du Cambodge, ont été condamnées à un an de prison après une manifestation le 10 novembre. Trois autres femmes et un moine bouddhiste ont été condamnés à un an de prison pour avoir manifesté devant le tribunal afin de réclamer la libération de ces sept femmes. Le 10 novembre, des habitants du quartier de Boeung Kak, désespérés, se sont rassemblés devant l’hôtel de ville de Phnom Penh pour protester pacifiquement contre les inondations dans leur quartier, provenant notamment des eaux usées, et pour dénoncer la passivité des autorités. Pendant cette manifestation, un cadre de lit a été placé sur la route et des échauffourées ont éclaté quand des agents de la force publique du district l’ont enlevé. Sept défenseures du droit au logement ont été arrêtées et détenues jusqu’au lendemain au siège de la police de la circulation. Le lendemain, elles ont été présentées au tribunal municipal de Phnom Penh, qui les a inculpées d’obstruction de la circulation en vertu de l’article 78 de la Loi relative à la circulation. Elles ont été jugées, reconnues coupables et condamnées chacune à un an de prison assorti d’une amende d’un montant équivalent à 500 dollars des États-Unis. Leur procès a duré moins de trois heures. Ces sept femmes sont : Nget Khun, Tep (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse