Écrire République Dominicaine. Le président s’oppose à l’interdiction absolue de l’avortement.

Action complémentaire sur l’AU 293/14, AMR 27/018/2014, 1er décembre 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 12 JANVIER 2015 À la suite d’une mobilisation nationale et internationale, le président dominicain a refusé et renvoyé au Congrès la proposition de modification du code pénal dominicain, qui maintient l’interdiction de l’avortement dans tous les cas, et appelé les législateurs à dépénaliser cette procédure dans certaines situations. Dans une lettre envoyée le 28 novembre 2014 au président de la Chambre des députés (la chambre basse du Congrès), le président dominicain Danilo Medina a rejeté la proposition de modification du code pénal, en vertu duquel l’avortement constitue une infraction dans tous les cas. Dans ce courrier, il a recommandé que ce code indique clairement les situations représentant des exceptions à cette interdiction, notamment les cas compromettant les droits des femmes et des jeunes filles à la vie, à la santé et au respect de leur dignité humaine et de leur intégrité physique et morale, qui sont protégés, comme l’a rappelé le président, par la Constitution dominicaine et les traités internationaux en matière de droits humains ratifiés par la République dominicaine. Il a également fait remarquer qu’il était nécessaire de déterminer ces exceptions car le pays présente un taux de mortalité maternelle et de grossesses précoces parmi les plus élevés de la région Amérique latine – Caraïbes. Danilo Medina a précisé que le code pénal devait explicitement autoriser l’avortement lorsqu’une grossesse (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.