Écrire Indonésie. Il faut annuler l’exécution imminente de cinq prisonniers

AU 305/14, ASA 21/031/2014, 5 décembre 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 16 JANVIER 2015 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Cinq condamnés à mort en Indonésie ont été transférés dans des cellules à l’isolement et risquent, selon certaines informations, une exécution imminente. Le nouveau gouvernement indonésien a déclaré publiquement qu’il prévoit de procéder à ces cinq exécutions en 2014 et à 20 autres en 2015. Le 28 novembre 2014, le procureur général adjoint pour les crimes généraux en Indonésie, Basyuni Masyarif, a annoncé que le gouvernement prévoyait d’exécuter cinq personnes, qui se trouvent actuellement dans le quartier des condamnés à mort et ont épuisé tous leurs recours juridiques et leurs recours en grâce, avant la fin de l’année 2014. Il a ajouté que 20 autres condamnés à mort seraient exécutés en 2015. À l’occasion de la 3e réunion ministérielle sur les affaires de drogue de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), organisée à Djakarta le 3 décembre, le vice-président indonésien Jusuf Kalla a déclaré que le président n’accorderait pas la grâce à au moins 64 personnes condamnées à mort pour des crimes liés à la législation sur les stupéfiants et qu’il était prévu qu’elles soient exécutées. Selon les informations parues dans la presse le 4 décembre, sur les cinq prisonniers qui risquent d’être exécutés de manière imminente, deux sont incarcérés à Batam, dans la province de Riau, et un autre à Tangerang, dans la province de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.