Écrire Fédération de Russie. Le militant Igor Kaliapine agressé et menacé.

AU 315/14, EUR 46/055/2014, 17 décembre 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 28 JANVIER 2015 Igor Kaliapine, défenseur russe des droits humains, a été accusé par le président tchétchène Ramzan Kadyrov d’être un « partisan du terrorisme » après qu’il a désapprouvé publiquement l’engagement pris par ce dernier de punir les familles d’insurgés présumés. Depuis lors, Igor Kaliapine a reçu des menaces de mort anonymes et a été agressé. Le 9 décembre, le défenseur des droits humains Igor Kaliapine a appelé les autorités russes à déterminer si le président tchétchène Ramzan Kadyrov avait commis une infraction pénale en s’engageant à expulser de Tchétchénie les familles d’insurgés présumés et de détruire leurs logements. Le 4 décembre, un groupe d’insurgés armés avait attaqué Grozny, la capitale tchétchène. Igor Kaliapine s’est référé à l’article 286 du Code pénal russe (« abus d’autorité »). Le lendemain, sur son compte Instagram, Ramzan Kadyrov a affirmé qu’« un certain Kaliapine a[vait] décidé de défendre des bandits et leurs familles ». Il a ajouté que « les services de sécurité dispos[aient] d’informations indiquant que quelqu’un du nom de Kaliapine avait remis de l’argent à des bandits de la part de services secrets étrangers » et qu’ils devaient vérifier « s’il s’agi[ssait] du même Kaliapine ». Le cas échéant, celui-ci serait « amené à rendre des comptes ». Igor Kaliapine, qui dirige le Groupe commun mobile rassemblant des défenseurs des droits humains qui travaillent en Tchétchénie, s’est exprimé lors d’une conférence de presse organisée à (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse