Écrire Egypte. Des militants voient leurs peines réduites

Action complémentaire sur l’AU 164/14, MDE 12/001/2015, 8 janvier 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 18 FÉVRIER 2015 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le 28 décembre, une cour d’appel du Caire a réduit la peine d’emprisonnement prononcée à l’encontre de la défenseure des droits humains Yara Sallam, de la militante Sanaa Ahmed Seif et de 20 autres personnes. En octobre, une cour d’appel a ramené la peine prononcée à l’encontre de ces personnes de trois à deux ans d’emprisonnement, suivis de deux ans de liberté conditionnelle, et a annulé l’amende de 10 000 livres égyptiennes (1 400 dollars des États-Unis) que la juridiction inférieure leur avait infligée. La cour, siégeant à l’école de police située dans le cinquième district du Nouveau Caire, n’a pas justifié sa décision, selon un représentant de l’Initiative égyptienne pour les droits de la personne. Une juridiction inférieure avait ordonné l’incarcération des personnes concernées le 26 octobre, après les avoir déclarées coupables de violation de la Loi relative aux manifestations, qui comporte des dispositions répressives, et d’une série de troubles à l’ordre public qui se seraient déroulés lors d’un rassemblement organisé au Caire en juin 2014. Les avocats ont signalé que les éléments produits à l’audience n’attestaient pas l’implication de leurs clients dans les violences. Celui de Yara Sallam a ajouté que sa cliente n’avait même pas pris part à la manifestation mais avait été arrêtée après, dans (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir