Écrire Indonésie. Cinq personnes condamnées pour des infractions en relation avec les stupéfiants risquent une exécution imminente

Action complémentaire sur l’AU 305/14, ASA 21/003/2015, 15 janvier 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 26 FÉVRIER 2015 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Cinq personnes doivent être exécutées en Indonésie dimanche 18 janvier. Elles sont étrangères et toutes ont été déclarées coupables de trafic de stupéfiants, une infraction qui ne fait pas partie des « crimes les plus graves » pour lesquels la peine capitale peut être imposée aux termes du droit international. Le bureau du procureur général a annoncé jeudi 15 janvier que six personnes, parmi lesquelles une citoyenne indonésienne et cinq étrangers, tous reconnus coupables d’infractions en relation avec les stupéfiants et condamnés à mort, vont être exécutés dimanche 18 janvier 2015. Selon le bureau du procureur, ces personnes sont : Rani Andriani, également connue sous le nom de Melisa Aprilia (indonésienne), Daniel Enemuo (nigérian), Ang Kiem Soei (néerlandais), Tran Thi Bich Hanh (vietnamienne), Namaona Denis (nigérian) et Marco Archer Cardoso Moreira (brésilien). Ils doivent semble-t-il être exécutés sur l’île de Nusakambangan, dans la province de Java-Centre, tandis que Tran Thi Bich Hanh doit être mise à mort dans le district de Boloyali, également dans cette province. En Indonésie, les condamnés à mort sont passés par les armes. Ils ont le choix entre la position debout ou assise, ainsi qu’entre avoir les yeux bandés ou la tête couverte par une cagoule. Les pelotons d’exécution sont composés de 12 (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.