Écrire Indonésie. Six prisonniers exécutés, 11 autres risquent une exécution imminente

Action complémentaire sur l’AU 305/14, ASA 21/004/2015, 22 janvier 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 4 MARS . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Les autorités indonésiennes ont fusillé six condamnés le 18 janvier 2015. Au moins 11 autres personnes risquent d’être exécutées de manière imminente. Rani Andriani alias Melisa Aprilia (Indonésienne), Daniel Enemuo (Nigérian), Ang Kiem Soei (Néerlandais), Tran Thi Bich Hanh (Vietnamienne), Namaona Denis (Nigérian) et Marco Archer Cardoso Moreira (Brésilien) ont été passés par les armes le 18 janvier, juste après minuit. Ils étaient tous inculpés d’infractions liées au trafic de stupéfiants et condamnés à mort. Cinq d’entre eux ont été exécutés sur l’île de Nusakambangan, tandis que Tran Thi Bich Hanh a été mise à mort dans le district de Boloyali, également dans la province de Java-Centre. Amnesty International craint que d’autres exécutions n’aient lieu. Le gouvernement indonésien a en effet annoncé en décembre 2014 que 20 personnes seraient exécutées en 2015. Au moins 11 personnes risquent d’être exécutées de manière imminente, leur recours en grâce ayant été rejeté par le président Joko Widodo en décembre 2014 et janvier 2015. Selon le procureur général, il s’agit de Syofial alias Iyen bin Azwar (Indonésien), Harun bin Ajis (Indonésien), Sargawi alias Ali bin Sanusi (Indonésien), Mary Jane Fiesta Veloso (Philippine), Myuran Sukumaran (Australien), Andrew Chan (Australien), Serge Areski Atlaoui (Français), Martin (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse