Écrire Sierra Leone. Demande de libération de huit personnes détenues arbitrairement

AU 18/15, AFR 51/001/2015, 28 janvier 2015 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 11 MARS 2015 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Huit personnes sont détenues arbitrairement depuis plus de trois mois sur ordre du président au titre de l’état d’urgence instauré en Sierra Leone. En octobre 2014, elles auraient participé à des émeutes en relation avec un cas présumé d’Ebola. Le 24 octobre 2014, le président Ernest Bai Koroma a signé une ordonnance de placement en détention concernant 34 habitants de Kono en vertu des pouvoirs qui lui étaient conférés au titre de l’état d’urgence. Ces personnes ont été arrêtées parce qu’elles étaient soupçonnées d’avoir participé à des émeutes dans le district de Kono. La grand-mère d’un homme politique de la région, âgée de 90 ans, refusait que les autorités sanitaires l’emmènent pour lui faire passer un test de dépistage d’Ebola. Selon les informations recueillies par Amnesty International, deux personnes auraient été abattues par la police pendant les émeutes mais, à ce jour, personne n’a été arrêté dans le cadre de cette affaire. Vingt-six des 34 détenus ont été relâchés. Pendant plus de trois mois, deux femmes ont été détenues au centre correctionnel pour femmes de Freetown, la capitale, et six hommes ont été incarcérés à la prison à sécurité maximale de Pademba Road, située à environ huit heures de route de leurs domiciles. Ces personnes n’ont pas été informées du motif de leur arrestation et ont été privées du droit de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.