Écrire République dominicaine. Les journalistes Juan Bolívar Díaz , Huchi Lora , Amelia Deschamps and Roberto Cavada menacés et harcelés

AU 27/15, AMR 27/004/2015, 4 février 2015 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 18 MARS 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. En République dominicaine, quatre journalistes ont été harcelés et ont reçu des menaces de mort pour avoir prôné le respect des droits des Dominicains d’origine haïtienne. Le 2 février, quatre journalistes dominicains, Juan Bolívar Díaz, Huchi Lora, Amelia Deschamps et Roberto Cavada, connus pour dénoncer fermement la discrimination envers les Dominicains d’origine haïtienne, ont signalé plusieurs menaces et actes de harcèlement dont ils avaient été victimes dans le cadre de leur profession. Roberto Cavada a déclaré avoir été suivi le 10 janvier par un inconnu qui l’a traité à haute voix de « traître à la patrie » dans un supermarché et a hurlé : « Nous allons tuer tous les traîtres, à commencer par les journalistes. » Le 16 janvier, dans un supermarché de Saint-Domingue, un inconnu a crié à Amelia Deschamps : « Vous méritez d’être tuée la première ! Et ensuite, Huchi et Juan Bolívar ! Vous êtes tous des traîtres à la patrie ! » Le 26 janvier, lors d’une manifestation organisée par des groupes nationalistes à Santiago, un homme a déclaré à la télévision : « Les traîtres à la patrie méritent la mort. » Il a cité nommément Juan Bolívar Díaz, Huchi Lora et Roberto Cavada. Les journalistes concernés ont aussi rapporté que, début 2014, une entreprise publicitaire avait tenté d’imprimer une grande quantité de prospectus présentant des (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse