Écrire Guinée Equatoriale. Les détenus Celestino Okenve, Antonio Nguema et Miguel Mbomio doivent être libérés

AU 24/15, AFR 24/001/2015, 29 janvier 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 12 MARS 2015 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Celestino Okenve, Antonio Nguema et Miguel Mbomio ont été arrêtés entre le 14 et le 16 janvier en Guinée équatoriale à la suite de la diffusion de tracts critiquant l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations dans le pays. Ces trois hommes sont détenus arbitrairement depuis plus de deux semaines sans inculpation et en n’ayant qu’un accès limité à un avocat. Celestino Okenve, défenseur des droits humains et militant politique, a été appréhendé sans mandat par un groupe de sept policiers le 14 janvier, alors qu’il distribuait des tracts à Bata, une ville de la province du Littoral. Ces documents appelaient au boycott de la Coupe d’Afrique des nations, qui a commencé le 17 janvier en Guinée équatoriale. Il a été arrêté sur ordre du gouverneur de la province du Wele-Nzas, qui l’a vu distribuer les tracts et lui a dit que ce qu’il faisait était mal et hostile au président. Lorsqu’il a demandé à connaître le motif de son arrestation, un policier l’a frappé. Peu après, la police a également appréhendé Antonio Nguema, ancien élève de Celestino Okenve qui passait par-là et a demandé pourquoi on arrêtait ce dernier. Tous deux ont été emmenés au poste de police central de Bata. À leur arrivée, Celestino Okenve a exigé qu’on lui donne la raison de son placement en détention. Il a alors de nouveau été frappé par un policier. Le 16 (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse