Écrire Soudan. Craintes pour la santé de Farouk Abu Issa et Amin Maki Madani, détenus, dirigeants de l’opposition

Action complémentaire sur l’AU 310/14, AFR 54/002/2015, 13 février 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 27 MARS 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. L’état de santé de Farouk Abu Issa et Amin Maki Madani se détériore, les deux dirigeants de l’opposition n’ayant pas bénéficié des soins requis. Ce sont des prisonniers d’opinion. Après deux mois et demi de détention, l’état de santé de Farouk Abu Issa, 82 ans, et d’Amin Maki Madani, 76 ans, s’est nettement et rapidement détérioré. Farouk Abu Issa est globalement en mauvaise santé, et souffre notamment d’hypertension. Le 3 février, il a été transféré à l’hôpital de police Sahiroun à Khartoum pour la deuxième fois. Lors de sa première admission, le 23 décembre 2014, il n’avait reçu des traitements que pendant une journée, alors qu’il avait besoin de soins intensifs et durables. Fin janvier, son avocat a déposé une requête auprès des autorités soudanaises afin qu’il puisse rester à l’hôpital pour recevoir les soins dont il a besoin. Dans la même requête, son avocat a demandé qu’Amin Maki Madani soit transféré à l’hôpital et reçoive des soins urgents. Farouk Abu Issa et Amin Maki Madani sont tous deux détenus depuis leur arrestation le 6 décembre 2014, pour avoir signé l’« Appel du Soudan » le 3 décembre, aux côtés de groupes armés et d’autres partis d’opposition à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne. Des agents du Service national de la sûreté et du renseignement (NISS) ont transféré les deux hommes à la prison de Kober le 21 (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse