Écrire Honduras. Le journaliste César Omar Silva Rosales, menacé par un officier militaire

AU 51/15, AMR 37/1130/2015, 9 mars 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 20 AVRIL 2015 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Un journaliste hondurien a été menacé verbalement et a subi un traitement discriminatoire. On pense que ces actes sont liés à ses activités professionnelles et l’on craint pour sa sécurité. Le 24 janvier, le journaliste César Omar Silva Rosales s’est vu refuser l’accès au Congrès national hondurien, à Tegucigalpa, la capitale, où il voulait se rendre pour suivre une séance consacrée à un projet visant à donner le statut constitutionnel à la police militaire. On a dit à César Omar Silva Rosales que son nom ne figurait pas dans la liste des journalistes accrédités. Lorsqu’il a demandé des explications, un haut gradé de l’armée a pointé le doigt sur lui et déclaré : « Tu n’entres pas parce que, moi, je ne le veux pas et ici, c’est moi qui commande. Continue à publier des vidéos de militaires en train de manger du chien et tu verras... On te retrouvera dans un fossé, bâillonné et les jambes toutes jaunes. » (No entras porque yo no quiero y yo soy el que manda aquí y seguí publicando vídeos de militares comiendo perro y veras…amordazado y con las patas amarillas en una cuneta te van a encontrar). Une plainte a été déposée le 29 janvier auprès du Bureau du procureur spécial chargé des droits humains au sein du ministère public, mais César Omar Silva Rosales n’a pas à ce jour été convoqué pour faire sa déposition. C’est cette étape qui (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.