Écrire Mexique. Dafne Alejandra de la Cruz harcelée pour avoir dénoncé les agissements de l’armée.

AU 61/15, AMR 41/1221/2015, 19 mars 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 28 AVRIL 2015 Dafne Alejandra de la Cruz risque des représailles de la part de soldats à Nuevo Laredo, dans l’État du Tamaulipas, pour avoir porté plainte contre l’armée pour l’homicide de son mari. Sa sécurité suscite des inquiétudes et les autorités doivent faire davantage pour lui fournir une protection efficace. Le 23 février 2015, des soldats se sont rendus chez Dafne Alejandra de la Cruz, âgée de 21 ans, à Nuevo Laredo, près de la frontière avec les États-Unis. Ils ont cherché à intimider des membres de sa famille, y compris ses enfants et sa mère, en criant et leur montrant leurs armes, et ils l’ont questionnée avec agressivité et insistance sur la plainte qu’elle avait déposée quelques jours auparavant auprès de la Commission nationale des droits humains, dans laquelle elle déclarait que des militaires avaient abattu son mari, Gustavo Ortega Pérez, le 15 février dernier alors qu’il conduisait sa camionnette. Ils ont également menacé une de ses amies de violences sexuelles en la jetant contre un mur et en l’insultant. Ils se sont ensuite enfuis avec de l’argent que Dafne Alejandra de la Cruz avait laissé dans sa voiture. Le 6 mars, des militaires à bord de quatre véhicules se sont présentés chez la belle-mère de cette femme, où elle résidait temporairement. Des représentants en civil du bureau du procureur militaire ont demandé à lui parler à propos de la plainte qu’elle avait déposée. Ils l’ont interrogée et ont insisté pour (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse