Écrire Chine. Craintes pour la santé de militantes en détention

Action complémentaire sur l’AU 54/15, ASA 17/1297/2015, 24 mars 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 5 MAI 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Deux des cinq militantes détenues en Chine ont été hospitalisées pour de graves problèmes de santé, exacerbés par leur détention prolongée, et elles n’ont peut-être toujours pas accès aux soins dont elles ont besoin. L’avocat de Wang Man a appris que sa cliente avait été victime d’une crise cardiaque le 20 mars, lorsqu’il lui a rendu visite dans un hôpital géré par le Bureau de la sécurité publique. Selon lui, cet infarctus est la conséquence du stress qu’elle a subi du fait des interrogatoires incessants. Son état est actuellement stable mais on craint qu’elle ne bénéficie pas des soins dont elle a besoin et que sa santé ne se détériore davantage en raison de sa détention prolongée. Wu Rongrong souffre de problèmes hépatiques chroniques, qui se sont aggravés en détention. Malgré les demandes de son avocat, on ne lui a pas fourni les médicaments nécessaires et elle devait dormir à même le sol au centre de détention. Le 19 mars, elle a été transférée dans un hôpital géré par le Bureau de la sécurité publique après que son état s’est détérioré, mais on ignore si elle bénéficie actuellement de soins adaptés. Ses avocats n’ont pas pu lui rendre visite depuis qu’elle est hospitalisée. L’avocat de Li Tingting (alias Li Maizi) n’a pas été autorisé à la voir depuis le 19 mars au motif que son interrogatoire est en cours. On (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse