Écrire Cameroun. Risque de cécité pour Foudama Ousmane, un détenu privé de soins

AU 89/15, AFR 17/1471/2015, 16 avril 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 28 MAI 2015 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Foudama Ousmane est maintenu en détention depuis plus de six mois sans inculpation. Il a perdu l’usage de ses deux yeux et a contracté une tuberculose pulmonaire en détention. Il ne reçoit pas les soins dont il a besoin. Foudama Ousmane, 32 ans, a été arrêté puis incarcéré par le bataillon d’intervention rapide (BIR) au camp militaire de Salak, à Maroua (nord du Cameroun), le 26 septembre 2014 pour sa prétendue affiliation à Boko Haram. Il a été détenu au secret par le BIR dans ce camp militaire pendant 99 jours sans pouvoir contacter sa famille ni bénéficier d’une assistance juridique, avant d’être transféré dans la prison de Maroua le 23 décembre 2014. En janvier 2015, son père lui a rendu visite à la prison de Maroua après qu’on lui ait dit où Foudama se trouvait. Lors sa première visite, il a appris que son fils avait perdu la vue dans les deux yeux et contracté une tuberculose pulmonaire pendant sa détention dans le camp militaire de Salak. Foudama Ousmane prend actuellement un traitement pour la tuberculose pulmonaire, mais ses yeux ne sont toujours pas soignés malgré les demandes de sa famille en ce sens auprès des autorités, et notamment du procureur général et du commissaire du gouvernement. Fin mars, Amnesty International a envoyé des lettres aux autorités concernées au Cameroun (gouverneur de la province de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées