Écrire Brésil. La police militaire attaque des enseignants en grève

AU 104/15, AMR 19/1611/2015 7 mai 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 18 MAI 2015 . La police de l’État du Paraná, dans le sud du Brésil, a recouru à une force injustifiée et excessive face à une action de protestation organisée le 29 avril contre une modification du régime de sécurité sociale et de retraite affectant les enseignants. Gaz lacrymogène et balles en caoutchouc ont notamment été utilisés. Plus de 200 manifestants ont été blessés et au moins sept sont en détention. Environ 20 000 personnes, pour la plupart des enseignants du secteur public, se sont rassemblés le 29 avril devant l’Assemblée législative de l’État, dans la ville de Curitiba, la capitale du Paraná, pour manifester contre des changements apportés au régime de sécurité sociale et de retraite des fonctionnaires de cet État. Les enseignants étaient en grève depuis le 25 avril afin de protester contre ces changements, et étaient rassemblés devant le bâtiment de l’Assemblée législative depuis le 28 avril tandis qu’un vote sur la nouvelle règlementation était attendu. Vers 16 heures le 29 avril, les membres de la police militaire qui étaient présents (parmi lesquels des policiers antiémeutes) ont reçu l’ordre de disperser les manifestants, et ont commencé à s’en prendre violemment aux participants en usant de gaz lacrymogène, de balles en caoutchouc et de matraques. Les services de santé municipaux ont indiqué que 213 manifestants avaient été blessés, certains grièvement. Beaucoup avaient reçu des balles en caoutchouc en plein visage. Au moins (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.