Écrire ITPO. Libération sous caution de Khalida Jarrar, ordonnée puis refusée

Action complémentaire sur l’AU 81/15, MDE 15/1773/2015, 1er juin 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 13 JUILLET 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Sur la base d’éléments de preuve tenus secrets, un juge militaire a annulé une décision ordonnant la remise en liberté sous caution de la parlementaire palestinienne Khalida Jarrar. Celle-ci sera donc toujours en détention lorsque son procès s’ouvrira le 22 juin devant un tribunal militaire israélien, où elle risque d’être jugée de façon inique. Le 21 mai, un juge militaire a ordonné que Khalida Jarrar soit libérée après le versement d’une caution de 20 000 shekels israéliens (environ 4 730 euros) en espèces assortie de garanties d’une tierce personne sur le même montant. Il a estimé que le parquet militaire n’avait pas réussi à prouver qu’elle présenterait un risque pour la sécurité si elle était libérée, et que ses informations n’étaient plus d’actualité, certaines remontant à 2011. Le parquet a fait appel et, le 28 mai, un autre juge militaire a donné suite à ce recours en annulant la décision de la libérer sous caution. Il s’est appuyé sur des éléments tenus secrets que lui a fournis le parquet. Au cours de l’audience du 21 mai, les représentants du parquet ont déclaré au juge que, même s’il décidait d’ordonner la libération de Khalida Jarrar, ils s’assureraient qu’elle reste en prison en la plaçant en détention administrative, un régime de détention leur permettant de la maintenir incarcérée sans inculpation (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

USA/Mexique : un accord risque de mettre des milliers de vies en danger

Les États-Unis et le Mexique envisagent de reconnaître ce dernier comme « pays tiers sûr » et empêcher ainsi tous demandeurs d’asile de demander protection aux États-Unis. Signez notre pétition