Écrire Bahrein. Ali Salman, un dirigeant de l’opposition, injustement emprisonné

Action complémentaire sur l’AU 22/15, MDE 11/1883/2015, 16 juin 2015 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 28 JUILLET 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Le dirigeant du principal groupe d’opposition de Bahreïn a été condamné à quatre ans d’emprisonnement à l’issue d’un procès inique. Cet homme est un prisonnier d’opinion. Ali Salman, secrétaire général d’Al Wefaq, principal parti d’opposition à Bahreïn, a été condamné à quatre ans de prison mardi 16 juin par la Haute cour criminelle à Manama, la capitale du pays. Il a été condamné à deux ans de prison pour « incitation publique à la haine et au mépris envers une partie de la population dans le but de troubler l’ordre public » et « insultes publiques envers le ministre de l’Intérieur », et à deux années supplémentaires pour « appel public à enfreindre la loi », mais a été acquitté du chef d’« incitation à promouvoir la réforme du système politique par la force, des violences et d’autres moyens illégaux ». Amnesty International estime cependant que ces charges sont uniquement en relation avec des discours pacifiques, et ne croit pas qu’il a utilisé ou prôné la violence. Les avocats d’Ali Salman ont l’intention de faire appel. Il a été transféré à la prison de Jaw. Dès la première audience, les avocats d’Ali Salman ont déploré auprès du tribunal le fait que les éléments de preuve à charge soient des passages de ses discours sortis de leur contexte, et ont demandé au juge de permettre l’écoute d’enregistrements de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.