Écrire Tchad. Djeralar Miankeol, un militant, inculpé parce qu’il a exprimé son opinion

AU 138/15, AFR 20/1916/2015, 22 juin 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 3 Août 2015 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Djeralar Miankeol a été arrêté le 15 juin à Moundou (Tchad) sur ordre du procureur de la préfecture du Logone-Occidental après avoir remis en cause la compétence de représentants de l’appareil judiciaire dans une interview diffusée à la radio le 7 juin. Il a été inculpé d’« outrage à magistrat » le lendemain. Djeralar Miankeol, militant et directeur de l’association Ngaoubourandi (ASNGA), a reçu un appel du procureur de Moundou, Hassane Yacoub, lui demandant de se présenter à son bureau le 15 juin afin de répondre à quelques questions. Djeralar Miankeol et son épouse se sont rendus au parquet le jour même à 15 h 30. Le procureur et son substitut ont interrogé Djeralar Miankeol à propos d’une interview qu’il avait accordée le 7 juin à la station de radio FM Liberté. Au bout de 15 minutes, le procureur a appelé un gendarme, qui a arrêté Djeralar Miankeol et l’a emmené à la brigade de recherche de Moundou. Un juge du tribunal de Moundou a inculpé Djeralar Miankeol d’« outrage à magistrat » le lendemain et l’a fait transférer à la prison de Moundou. Il s’agit clairement d’une volonté de punir un militant qui a exprimé pacifiquement son opinion et de dissuader d’autres personnes de faire de même. Amnesty International considère cet homme comme un prisonnier d’opinion. Lorsque l’organisation a contacté le procureur le 19 juin, celui-ci a (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition