Écrire Brésil. L’état doit respecter les droits de l’enfant

Action complémentaire sur l’AU 132/15, AMR 19/1929/2015, 26 juin 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 30 JUIN 2015 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Le 17 juin, la Commission spéciale de la Chambre des députés a approuvé une proposition visant à faire passer de 18 à 16 ans l’âge à partir duquel une personne peut-être jugée en tant qu’adulte. Cette proposition sera soumise au vote d’ici au 30 juin. Si elle est adoptée, elle ira à l’encontre de plusieurs dispositions de la législation brésilienne et du droit international, en vertu desquelles le Brésil a notamment l’obligation de protéger les droits de l’enfant. Le 17 juin, la Commission spéciale de la Chambre des députés a approuvé la proposition de modification de la Constitution PEC 171/1993, qui ferait passer de 18 à 16 ans l’âge auquel un jeune pourrait être jugé comme un adulte. Elle y a toutefois apporté quelques changements, précisant en particulier que les mineurs de 16 à 18 ans pourraient être jugés comme des adultes en cas d’homicide, de vol à main armée et de « crimes odieux », notamment de viol et d’infraction liée aux stupéfiants. Ce texte va désormais être soumis au vote à la Chambre des députés, dont le président a promis qu’il aurait lieu d’ici au 30 juin. Juger des mineurs comme des adultes dès l’âge de 16 ans serait contraire à plusieurs dispositions de la législation brésilienne et du droit international, en vertu desquelles le Brésil a notamment l’obligation de protéger les droits de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir