Écrire Egypte. Des témoins cités à comparaitre malgré leur relaxe

Action complémentaire sur l’AU 80/15, MDE 12/1985/2015, 2 juillet 2015 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 13 AOÛT 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. L’éminente défenseures des droits des femmes Azza Soliman doit comparaître le 4 juillet aux côtés de 16 autres témoins de l’homicide d’une militante de gauche par la police. Toutes ces personnes encourent cinq ans d’emprisonnement et une amende de 50 000 livres égyptiennes. La défenseure des droits des femmes Azza Soliman et 16 autres témoins oculaires d’un homicide commis par la police lors d’un défilé pacifique doivent comparaître le 4 juillet. Ils encourent cinq ans d’emprisonnement et une amende de 50 000 livres égyptiennes (environ 6 530 dollars des États-Unis). Le juge a exigé leur présence à une audience qui s’est tenue le 13 juin. Le 23 mai, un tribunal du Caire a relaxé les 17 personnes accusées d’avoir « manifesté illégalement » et « troublé l’ordre public » aux termes de la Loi relative aux manifestations, qui contient des dispositions répressives. Trois jours plus tard, le parquet a interjeté appel. Le procès en appel s’est ouvert le 13 juin. La première audience s’est déroulée à la cour d’appel de Zainhom, en présence de deux observateurs de la délégation de l’Union européenne (UE) au Caire. Selon le Centre d’assistance juridique aux Égyptiennes, fondé par Azza Soliman, le juge a fait remarquer que les prévenus n’étaient pas présents comme l’exige pourtant la Loi relative à la procédure (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.