Écrire Bahrein. Nafeesa al Asfoor , l’’une des deux manifestantes, libérée

Action complémentaire sur l’AU 232/13, MDE 11/2040/2015, 7 juillet 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 18 AOÛT 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Une manifestante a été libérée à Bahreïn, trois ans avant la fin de sa peine d’emprisonnement. L’autre femme condamnée en même temps qu’elle est toujours en prison. Nafeesa al Asfoor a été libérée le 2 juillet, trois ans avant la fin théorique de sa peine d’emprisonnement, à la faveur d’une grâce royale. Elle avait été arrêtée en avril 2013 avec une autre manifestante, Rayhana al Mosawi. Les deux femmes ont été condamnées en avril 2014 à cinq ans d’emprisonnement en vertu de la Loi antiterroriste pour « possession d’explosifs » et « planification d’actes terroristes », après avoir tenté de pénétrer sur le circuit de Formule 1 lors d’une manifestation organisée pendant l’édition 2013 du Grand Prix de Bahreïn. Toutes deux ont nié les faits qui leur sont reprochés. Rayhana al Mosawi n’a pas été libérée. Sa famille a déclaré à des journalistes qu’aucune information ne faisait état d’une libération envisagée. Les deux femmes ont porté plainte auprès de l’Unité spéciale d’enquête (SIU) pour des actes de torture et d’autres mauvais traitements commis après leur arrestation, mais on ignore si cet organe a enquêté sur leurs allégations. DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en anglais, en arabe ou dans votre propre langue : exhortez les autorités bahreïnites à diligenter (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse