Écrire Iran. Les militants Hossein Ali Mohammadi et Taha Kermani, torturés pour avoir brulé un drapeau

AU 159/15, MDE 13/2110/2015, 17 juillet 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 28 AOÛT 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux militants en faveur des droits de la minorité turque azérie ont été condamnés à 10 ans de prison pour avoir supposément brûlé un drapeau de l’Iran. Amnesty International craint que cette sentence soit injustifiée, motivée par des raisons politiques et fondée sur des « aveux » obtenus sous la torture. Le 12 mai 2015, Hossein Ali Mohammadi et Taha Kermani, âgés respectivement de 31 et 26 ans, ont été sanctionnés de 10 ans d’emprisonnement par la troisième chambre du tribunal révolutionnaire de Tabriz, dans la province de l’Azerbaïdjan oriental (nord-ouest de l’Iran), qui les a déclarés coupables d’« outrage aux valeurs sacrées de l’islam » et d’avoir « vandalisé des biens publics dans le but de s’élever contre l’ordre islamique ». Ces charges reposent sur des informations indiquant que les deux prévenus auraient brûlé un drapeau de l’Iran peint sur le bord d’une autoroute à Tabriz, en octobre 2013. L’accusation d’outrage est due à l’inscription sur le drapeau iranien de l’expression « Dieu est grand » (Allahu Akbar), mais on ignore si c’était le cas sur la peinture. L’autre chef d’inculpation a été retenu par le tribunal, car selon lui : « Le drapeau constitue un symbole important et sacré pour chaque pays, et le respecter équivaut à respecter le pays lui-même. » Les deux hommes nient les faits qui leur sont reprochés. Hossein Ali (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse