Écrire Mozambique. Carlos Nuno Castel-Branco et Fernando Mbanze jugés pour un message sur facebook

AU 162/15, AFR 41/2136/2015, 21 juillet 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 1er SEPTEMBRE 2015 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. L’économiste Carlos Nuno Castel-Branco et le rédacteur en chef Fernando Mbanze sont accusés d’infractions relatives à la sûreté de l’État en raison d’un message publié sur Facebook, dénonçant la mauvaise gestion des affaires publiques au Mozambique. Leur procès commencera le 3 août prochain. Carlos Nuno Castel-Branco est un économiste et le cofondateur de l’Institut des études sociales et économiques, l’une des principales institutions de recherche du Mozambique. Le 11 juin 2015, il a été accusé de diffamation envers l’ancien chef de l’État Armando Guebuza, en vertu de l’article 22 de la Loi 19/91 sur la sûreté de l’État, pour avoir publié un message sur Facebook en novembre 2013, dans lequel il remettait en cause la façon dont cet homme avait dirigé le pays. Le chef d’inculpation retenu est qualifié d’infraction à la sûreté de l’État et est passible d’une peine de deux ans de prison et d’une amende. Fernando Mbanze est le rédacteur en chef du journal MediaFax. Il est accusé d’avoir bafoué la liberté de la presse en vertu de l’article 42 de la Loi 18/91 sur la presse et de la Loi sur la sûreté de l’État, pour avoir publié le message Facebook de Carlos Nuno Castel-Branco sous forme de lettre ouverte dans MediaFax. Les poursuites engagées contre ces deux hommes devraient être abandonnées aux termes de la Loi d’amnistie adoptée en août (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

LE COQ WALLON A DU PLOMB DANS L’AILE

Les milliers d’armes qui sont vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition