Écrire Pakistan. Khizar Hayat risque toujours d’être exécuté incessamment

AU 164/15, ASA 33/2168/2015, 27 juillet 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 30 JUILLET 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. L’ordre d’exécution concernant Khizar Hayat a été suspendu le 25 juillet mais risque toujours d’être appliqué incessamment. Des troubles mentaux ont été diagnostiqués en 2008 chez cet homme, qui suit un traitement depuis. Or le droit international énonce clairement que la peine capitale ne peut pas être infligée à des personnes présentant une déficience intellectuelle ou un handicap mental. Khizar Hayat, un homme dont la schizophrénie a été diagnostiquée pendant sa détention à la prison centrale de Lahore, a obtenu un sursis à son exécution. Cet ancien policier a été arrêté pour le meurtre d’un collègue et déclaré coupable en 2003. Son exécution était prévue pour le 28 juillet. Le 25 juillet, à la suite d’une requête déposée par les avocats de Khizar Hayat, le tribunal de grande instance de Lahore a ordonné au surintendant de la prison de répondre aux questions soulevées par ceux-ci au sujet du handicap mental de leur client lors de l’audience suivante, qui devait se tenir le 30 juillet. C’est la deuxième fois que les autorités pénitentiaires sont appelées à répondre à une demande formulée par les avocats de Khizar Hayat concernant la santé mentale de cet homme. Le 16 juin, la haute cour de Lahore avait suspendu l’ordre d’exécution à la dernière minute, en demandant à la direction de la prison de répondre à l’argument des avocats de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse