Écrire Brésil. Une communauté indigène risque d’être expulsée.

AU 163/15, AMR 19/2151/2015, 9 juillet 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 7 SEPTEMBRE 2015 Quinze familles de la communauté indigène d’Apika’y, dans le centre-ouest du Brésil, seront expulsées de force début août si une décision judiciaire rendue le 21 mai par la Cour fédérale de justice de Dourados est appliquée. L’expulsion forcée de la communauté d’Apika’y, qui appartient au peuple des Guaranis Kaiowás, est programmée pour début août. La communauté n’a été informée de la décision d’expulsion que 10 jours avant la date fixée, n’a pas été consultée et ne s’est vue proposer aucune solution de relogement. Aussi l’opération prévue constitue-t-elle une expulsion forcée, ce qui est illégal aux termes du droit international et contraire aux obligations incombant au Brésil en termes de droits humains. Également connue sous le nom de Curral do Arame, la communauté d’Apika’y vit depuis 14 ans dans un camp sur moins de cinq hectares de terres, en bordure d’une voie rapide (BR-463), dans l’État du Mato Grosso do Sul, entre Dourados et Ponta Porã, non loin de la frontière avec le Paraguay. Elle est installée entre une importante plantation de canne à sucre et un petit bois, où un ruisseau contaminé par des pesticides est son unique source d’eau. Depuis quatre ans, huit membres de la communauté ont été tués par des accidents de la route en raison de la proximité de la voie rapide. La communauté attend depuis longtemps une décision concernant ses revendications sur un plus grand territoire, correspondant à ses terres ancestrales, (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse