Écrire Cambodge. Des membres de l’opposition condamnés à l’issue d’un procès inique.

Action complémentaire sur l’AU 204/14 – ASA 23/2173/2015 – 29 juillet 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 8 SEPTEMBRE Onze membres du principal parti d’opposition cambodgien ont été condamnés à sept à 20 ans d’emprisonnement sur la base d’accusations « d’insurrection » forgées de toutes pièces et motivées par des considérations politiques. Le jugement rendu le 21 juillet fait suite à une procédure qui bafoue les droits en matière d’équité des procès, pourtant garantis par le droit cambodgien et international. Les condamnations sont liées à une manifestation organisée le 15 juillet 2014 par la formation d’opposition, le Parti national pour le sauvetage du Cambodge (PSNC), et qui s’est terminée par de violents affrontements entre les sympathisants du PSNC et des membres de la police auxiliaire, une force auxiliaire régulièrement employée pour maintenir l’ordre pendant les manifestations et les réprimer. Trois des hommes inculpés, Meach Sovannara, Oeur Narith et Khin Chamroeun, ont été condamnés à 20 ans d’emprisonnement au titre des articles 456, 457 et 459 du Code pénal cambodgien, pour avoir participé à un « mouvement insurrectionnel » et l’avoir dirigé. Sum Puthy, Tep Narin, Ouk Pich Samnang, Neang Sokhun, San Kimheng, Ke Khim,An Bak Tham et San Seyhak ont été condamnés à sept ans d’emprisonnement pour « participation à un mouvement insurrectionnel », au titre des articles 456 et 457 du Code pénal. Le tribunal municipal de Phnom Penh a décidé, sans raison valable, de recourir à une procédure accélérée pour l’affaire (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse