Écrire Iran. La défenseure des droits humains Narges Mohammadi, privée de soins médicaux urgents

Action complémentaire sur l’AU 105/15, MDE 13/2233/2015, 5 août 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 16 SEPTEMBRE 2015 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. La défenseure iranienne des droits humains Narges Mohammadi, emprisonnée depuis le 5 mai, a été emmenée à l’hôpital le 1er août parce qu’elle souffrait d’une paralysie partielle. Elle est privée des soins médicaux spécialisés dont elle a besoin et mise en accusation pour ses activités en faveur des droits humains. Amnesty International la considère comme une prisonnière d’opinion. Narges Mohammadi, détenue à la prison d’Evin, à Téhéran, a été emmenée à l’hôpital Taleghani le 1er août. Elle avait été paralysée partiellement pendant huit heures ce jour-là. Les médecins ont estimé qu’elle devait être examinée par un spécialiste. Malgré cela, elle a été reconduite à la prison d’Evin le lendemain sans recevoir de soins spécialisés. Taghi Rahmani, son époux qui est réfugié à Paris, a déclaré qu’elle avait également été emmenée à l’hôpital le 27 juillet après s’être plainte de douleurs aux poumons. Selon lui, le médecin a estimé qu’elle devait être hospitalisée en raison d’une suspicion d’embolie pulmonaire (présence d’un caillot de sang dans les poumons) mais elle a été renvoyée en prison sans bénéficier des soins nécessaires. Le lendemain, la direction de la prison a refusé qu’elle aille à un rendez-vous chez un neurologue pour la paralysie dont elle avait été victime. Outre le fait d’être privée des soins médicaux dont elle a (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !