Écrire Turquie. Il faut protéger des détenus qui risquent de subir de nouveaux mauvais traitements

AU 187/15, EUR 44/2328/2015, 26 août 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 7 OCTOBRE 2015. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Quatre hommes accusés d’être impliqués dans l’homicide de deux policiers survenu le 21 juillet, ont déclaré avoir été frappés à de multiples reprises alors qu’ils étaient en garde à vue ou en prison, la dernière fois le 19 août, et avoir été privés d’accès à des soins pour leurs blessures. Ils se trouvent au centre de détention provisoire d’Adana, dans le sud de la Turquie, et risquent encore de subir des mauvais traitements. Sedat Ayd ?n, Mehmet Naci Y ?lmaz, Ömer K ?l ?nç et Murat Abir sont accusés d’être impliqués dans l’homicide de deux policiers, survenu dans la nuit du 21 juillet à Ceylanp ?nar, dans le département de ?anl ?urfa, dans le sud-est de la Turquie. Sedat Ayd ?n et Mehmet Naci Y ?lmaz ont été placés en détention provisoire par un tribunal du département de ?anl ?urfa, dans le sud-est du pays, le 26 juillet. Lors d’un entretien avec Amnesty International, le frère de Sedat Ayd ?n, A.A., a déclaré qu’ils avaient été maltraités en garde à vue lorsqu’ils ont été détenus par la police à ?anl ?urfa. Le 19 août, les quatre hommes ont été transférés de la prison fermée de type E de ?anl ?urfa à la prison fermée de type T d’Osmaniye n° 1, dans le département d’Adana. Selon le frère de Sedat Ayd ?n et le président de la section d’Adana de l’Association pour la défense des droits humains, qui leur ont rendu visite en prison, ils (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse