Écrire Angola. Ouverture du procès du militant José Marcos Mavungo : il risque 12 ans d’emprisonnement.

Action complémentaire sur l’AU 78/15, AFR 12/2362/2015, 8 septembre 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 17 OCTOBRE 2015 Le procès de José Marcos Mavungo a débuté le 26 août, et le vice-procureur général a requis la peine maximale : 12 ans d’emprisonnement. Le jugement de l’affaire est attendu pour le 14 septembre. Cet homme est un prisonnier d’opinion. Le procès du défenseur des droits humains, José Marcos Mavungo, a débuté le 26 août. Il est en détention provisoire depuis le 14 mars pour avoir participé à l’organisation d’une manifestation pacifique. Il a été inculpé de « rébellion », une infraction qui constitue une atteinte à la sûreté de l’État. Pendant son procès, le vice-procureur général à Cabinda a déclaré qu’un dossier des services de renseignement témoignait de l’association de José Marcos Mavungo à un groupe d’hommes qui auraient été trouvés en possession d’explosifs et de tracts. Le défenseur des droits humains a toujours nié ces allégations. Le vice-procureur général à Cabinda a requis une peine de 12 ans d’emprisonnement, la peine la plus lourde prévue par la loi, alors même que les tracts et les explosifs en question n’ont pas été présentés pendant le procès et qu’aucune preuve de l’association entre José Marcos Mavungo et les hommes n’a été produite. Le juge rendra sa décision sur cette affaire le 14 septembre. Amnesty International considère José Marcos Mavungo comme un prisonnier d’opinion, car il a été inculpé et placé en détention dans le but d’intimider d’autres détracteurs du gouvernement, et uniquement pour (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.