Écrire Maroc. Un gréviste de la faim, Ali Aarrass, frappé en prison.

AU 219/15, MDE 29/2597/2015, 7 octobre 2015 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 17 NOVEMBRE 2015 Le Belgo-Marocain Ali Aarrass a été frappé et insulté le 29 septembre à la prison de Salé II, près de Rabat. Il est en grève de la faim depuis le 25 août. Il risque de subir d’autres mauvais traitements. Ali Aarrass a déclaré avoir été maltraité le 29 septembre dans la prison où il est détenu, Salé II. Sa famille a raconté à Amnesty International que plusieurs hommes – certains en uniformes verts et d’autres en civil – étaient venus fouiller sa cellule à 8 heures du matin sans dire qui ils étaient. Ils l’ont jeté au sol, ce qui lui a provoqué une intense douleur car il est très affaibli par sa grève de la faim, au point qu’il a du mal à marcher. Ils lui ont donné des coups de pied et l’ont insulté quand il a demandé à voir un médecin. La fouille a duré plus de deux heures et a été filmée. Les hommes ont confisqué quatre clés USB. Ensuite, caméra coupée, ils ont détruit ses affaires. Sa famille est convaincue qu’il a été maltraité à titre de représailles pour avoir dénoncé les tortures dont il a été victime du 14 au 24 décembre 2010 dans un centre de détention secret géré par la Direction générale de la surveillance du territoire (DST) à Témara, près de Rabat, la capitale, ainsi qu’en raison de la campagne publique internationale demandant sa libération. Le 21 mai 2014, deux jours après que le Comité contre la torture des Nations unies eût estimé que le Maroc avait enfreint la Convention contre la torture dans le cas d’Ali Aarrass, les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse