Écrire Emadeddin Baghi (h), 46 ans, défenseur des droits humains

MDE 13/069/2008 - AU 130/08 Emadeddin Baghi, journaliste et défenseur des droits humains, a été victime d’une nouvelle crise le 7 mai à la prison d’Evin, à Téhéran. Il a été traité à l’infirmerie de la prison et renvoyé dans sa cellule le jour même. Amnesty International craint que cet homme ne reçoive pas les soins médicaux adaptés à son état et que sa vie ne soit en danger. Emadeddin Baghi a été arrêté le 14 octobre 2007, lorsqu’il s’est présenté devant la 14e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran à la suite d’une convocation. Il a été interrogé au sujet de ses activités en tant que président de l’Association pour la défense des droits des prisonniers, une organisation non gouvernementale (ONG). Il a été accusé d’avoir « publié des documents gouvernementaux confidentiels », et sa caution a été fixée à 500 millions de rials (environ 35 000 euros). Sa famille s’apprêtait à verser cette somme quand on lui a fait savoir qu’au lieu de bénéficier d’une libération sous caution, Emadeddin Baghi devait purger la peine d’un an de prison à laquelle il avait été condamné avec sursis en 2003 à l’issue d’un procès inéquitable, au cours duquel il n’avait pas pu bénéficier des services d’un avocat. Les autorités judiciaires ont annulé sa libération sous caution et Emadeddin Baghi a été immédiatement renvoyé en prison. Amnesty International considère cet homme comme un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression. Le 26 décembre 2007, alors qu’il était à l’isolement dans la (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.