Écrire Mohammad Sadiq Kabudvand (h), défenseur des droits humains et journaliste

MDE 13/071/2008 - Action complémentaire sur l’AU 171/07 (MDE 13/081/2007, 4 juillet 2007) et ses mises à jour (MDE 13/091/2007, 19 juillet 2007, et MDE 13/127/2007, 1er novembre 2007) Mohammad Sadiq Kabudvand a été victime d’une crise cardiaque le 19 mai à la prison d’Evin, à Téhéran. Il est resté inconscient pendant une trentaine de minutes et c’est un autre prisonnier, médecin, qui lui a fourni les premiers soins. Ses codétenus ont appelé à l’aide et demandé aux gardiens de le conduire à l’infirmerie de la prison, mais ceux-ci l’ont laissé dans sa cellule. Le lendemain, une audience de son procès a été annulée pour la troisième fois, en raison de l’absence du représentant du ministère public. Mohammad Sadiq Kabudvand a été reconduit en prison. La caution fixée pour sa libération s’élève à 1,5 milliard de rials (environ 103 000 euros), une somme que sa famille n’est pas en mesure de payer. Ses avocats ont demandé à plusieurs reprises que ce montant soit réduit, mais sans succès. Bien que le juge ait ordonné que Mohammad Sadiq Kabudvand reçoive les soins médicaux dont il a besoin dans un hôpital en dehors de la prison d’Evin, les autorités pénitentiaires n’ont toujours pas suivi cet ordre et n’ont donné à ses proches aucune information relative à son état de santé. Mohammad Sadiq Kabudvand a été arrêté le 1er juillet 2007, le jour même où l’interdiction de publication prononcée contre son journal Payam-e Mardom-e Kurdestan (Le Message du peuple du Kurdistan) prenait fin. Il encourt un an de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse