Écrire Yonas Haile Mehari (h), 26 ans ; Petros Aforki Mulugeta (h), 20 ans

AFR 64/002/2008 - AU 145/08 Le 14 mai, les services allemands de l’immigration ont renvoyé de force Yonas Haile Mehari et Petros Aforki Mulugeta, deux ressortissants érythréens, dans leur pays d’origine. Personne n’a vu ces deux hommes depuis leur arrivée dans la capitale, Asmara. Amnesty International pense qu’ils ont été arrêtés à l’aéroport d’Asmara dès leur arrivée et qu’ils sont détenus au secret. Ils risquent de subir des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements. Yonas Haile Mehari est arrivé à Francfort, en Allemagne, en novembre 2007, après avoir quitté l’Érythrée en passant par le Soudan. Petros Aforki Mulugeta est également arrivé à Francfort en novembre 2007. Ces deux hommes ont été immédiatement arrêtés par des agents des services allemands de l’immigration. Ils ont formulé une demande d’asile, mais celle-ci a été rejetée. Amnesty International craint que les autorités érythréennes ne torturent Yonas Haile Mehari et Petros Aforki Mulugeta afin de les punir de s’être soustraits à la conscription et d’avoir demandé l’asile, un acte considéré par l’État comme une « trahison » envers le pays. INFORMATIONS GÉNÉRALES ? Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a adressé à tous les gouvernements des directives, toujours en vigueur à ce jour, précisant que les demandeurs d’asile érythréens déboutés ne devaient pas être renvoyés dans leur pays, mais au contraire bénéficier de mesures de protection complémentaires. Amnesty International a relevé plusieurs cas (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir