Écrire Lee Chez Kee (h), 37 ans, ressortissant malaisien

ASA 36/003/2008 - AU 164/08 Lee Chez Kee, qui a été condamné à mort à l’issue d’un procès inéquitable, a épuisé toutes ses voies de recours et risque d’être exécuté très prochainement. Le président de Singapour détient toujours le pouvoir de lui accorder une grâce. Lee Chez Kee a été condamné à la peine capitale pour avoir tué Lee Kok Cheong le 14 décembre 1993. À Singapour, le meurtre est un crime obligatoirement puni de mort. Il avait fui en Malaisie peu après les faits, mais il a été extradé en 2006. Amnesty International est opposée à toute extradition, renvoi ou transfert d’une personne dans un pays où elle risquerait d’être condamnée à mort. En appel, Lee Chez Kee a fondé sa défense sur le fait que le tribunal avait accepté que figurent parmi les éléments présentés contre lui les déclarations formulées par son complice Too Yin Sheong lors de son propre procès. Ce dernier avait affirmé à six reprises qu’il n’avait fait qu’assister au meurtre pendant que Lee Chez Kee le commettait. Il a été condamné à mort en 1998 et exécuté l’année suivante. Lors du procès de Lee Chez Kee, en 2006, toutes les déclarations de Too Yin Sheong ont été retenues à titre de preuves. Le 12 mai 2008, un collège de trois juges de la cour d’appel a décidé par deux voix contre une de le débouter de son ultime recours. Le juge minoritaire, Choo Han Teck, a estimé que Lee Chez Kee « devrait être rejugé » car « le danger que les conclusions soient viciées par ces déclarations non vérifiées et préjudiciables [était] trop grand pour que celles-ci soient (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.