Écrire Mohammad Fedai (h), 21 ans, mineur délinquant

MDE 13/082/2008 - Action complémentaire sur l’AU 146/08 (MDE 13/074/2008, 30 mai 2008) Le mineur délinquant Mohammad Fedai s’est vu accorder un sursis d’un mois le 10 juin, veille de la date prévue pour son exécution, afin de laisser plus de temps à sa famille pour négocier une indemnisation financière avec les proches du garçon qu’il est accusé d’avoir tué, en échange de leur pardon. Une première date d’exécution avait été fixée au 18 avril 2007, mais il avait obtenu un sursis au motif qu’il n’avait pas bénéficié d’une représentation adéquate lors de son procès. Sa requête en vue d’obtenir un nouveau procès a été rejetée et son exécution reprogrammée le 11 juin. Dans une lettre récente de Mohammad Fedai rendue publique le 7 juin, le jeune homme écrit que des responsables lui ont donné des coups de pied et l’ont torturé au point qu’une nuit il a accepté de signer des « aveux » - en y apposant son empreinte digitale – sans en connaître le contenu. Il écrit : « J’ai été frappé et fouetté à plusieurs reprises [...] Ils m’ont suspendu au plafond [...] Ils ne m’ont laissé aucun espoir de survie. » Les tribunaux n’ont tenu aucun compte du fait que Mohammad Fedai n’avait « avoué » qu’après avoir été torturé. INFORMATIONS GÉNÉRALES En tant que partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et à la Convention relative aux droits de l’enfant, l’Iran s’est engagé à ne pas exécuter de personnes condamnées pour des crimes commis alors qu’elles avaient moins de dix-huit ans. Depuis 1990, (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir