Écrire Behnoud Shojaee (h), 20 ans, mineur délinquant

MDE 13/081/2008 - Action complémentaire sur l’AU 114/08 (MDE 13/065/2008, 29 avril 2008) et sa mise à jour (MDE 13/066/2008, 8 mai 2008) Le mineur délinquant Behnoud Shojaee s’est vu accorder un sursis d’un mois le 10 juin, veille de la date prévue pour son exécution, afin de laisser plus de temps à sa famille pour négocier une indemnisation financière avec les proches de la victime, un garçon qu’il est accusé d’avoir poignardé à mort, en échange de leur pardon. Il s’agit de la deuxième fois que son exécution est reportée, et il reste exposé au risque d’être exécuté si les familles ne parviennent pas à un accord. INFORMATIONS GÉNÉRALES En tant que partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et à la Convention relative aux droits de l’enfant, l’Iran s’est engagé à ne pas exécuter de personnes condamnées pour des crimes commis alors qu’elles avaient moins de dix-huit ans. Depuis 1990, cependant, l’Iran a exécuté au moins 30 mineurs délinquants, dont sept en 2007 et deux en 2008. Un adolescent kurde âgé de seize ou dix-sept ans, semble-t-il, a été pendu à la prison de Sanandaj le 10 juin 2008. Il avait été condamné pour le meurtre d’un garçon de dix ans, commis lorsqu’il avait une quinzaine d’années (voir Un adolescent kurde exécuté en Iran, http://www.amnesty.org/fr/news-and-updates/news/kurdish-boy-executed-iran-20080611). Le 26 février 2008, Javad Shojai, condamné à mort à titre de qisas (« réparation ») pour un meurtre perpétré à l’âge de seize ans, a été exécuté dans (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse