Écrire Quelques 900 demandeurs d’asile érythréens

MDE 12/013/2008 - Action complémentaire sur l’AU 165/08 (MDE 12/011/2008, 12 juin 2008) Quatre cent quatre vingt dix demandeurs d’asile érythréens supplémentaires ont été renvoyés à Massaoua en Érythrée sur des vols EgyptAir spéciaux quotidiens au départ de l’aéroport international d’Assouan. Plusieurs centaines d’autres sont vraisemblablement détenus au camp des Forces centrales de sécurité de Shallal, au sud d’Assouan, qui sert de point de rassemblement des demandeurs d’asile avant leur transfert à l’aéroport d’Assouan. Le 12 juin, un responsable des forces de sécurité a confirmé que 200 ressortissants érythréens avaient été « renvoyés chez eux » la veille. Le 15 juin, le ministère égyptien des Affaires étrangères a annoncé que le bureau du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) en Égypte serait autorisé à être en contact avec les ressortissants érythréens afin d’examiner leur demande d’asile. Selon des informations reçues par Amnesty International, environ 270 Érythréens ont été transférés au camp de Shallal depuis des postes de police de Hourghada, Halaib et Shalatin, villes situées sur les bords de la mer Rouge, et 35 depuis le poste de police d’Assouan. Il ne reste aujourd’hui plus aucun demandeur d’asile érythréen dans les postes de police des environs d’Assouan, ni dans celui d’Idfu, au nord de la ville ; la plupart ont déjà été expulsés mais certains se trouvent toujours au camp de Shallal. Parmi les personnes qui étaient détenues à Idfu et qui ont semble-t-il été expulsées (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Mariée de force, violée et condamnée à mort

Mariée de force, Noura Hussein a été violée par son mari. Elle l’a tué en légitime défense : le Soudan l’a condamnée à mort. Agissez pour elle : signez notre pétition