Écrire 18 personnes dont l’identité n’est pas connue

MDE 14/017/2008 - AU 176/08 Le 18 juin, la Cour de cassation fédérale de Bagdad a confirmé les condamnations à mort de 18 personnes. Celles-ci ont la possibilité de solliciter une grâce présidentielle mais elles risquent d’être exécutées à tout moment, d’ici quelques jours peut-être. Accusées de kidnapping, deux de ces personnes ont été condamnées à la peine capitale par le Tribunal pénal central irakien de Bagdad, et cinq autres par le Tribunal pénal central irakien de Mossoul. Trois ont été condamnées par un tribunal pénal ordinaire de Dhi Qar pour diverses infractions et deux autres par un tribunal pénal ordinaire de Bassora pour meurtre. INFORMATIONS GÉNÉRALES Depuis le rétablissement de la peine capitale en Irak, en août 2004, des centaines de personnes ont été condamnées à ce châtiment et de très nombreuses exécutions ont eu lieu. Au cours de la seule année 2006, au moins 65 personnes ont été exécutées, bien souvent à l’issue de procédures ne respectant pas les règles d’équité. En 2007, au moins 199 personnes ont été condamnées à mort et 33 exécutions ont eu lieu. Cette année, au moins 33 personnes ont été condamnées à la peine capitale et 30 exécutées. Ce chiffre pourrait être bien en deçà de la réalité car les informations relayées par la presse irakienne sur les condamnations à mort sont pour le moins irrégulières. Amnesty International s’est déclarée gravement préoccupée par les procédures se déroulant devant le Tribunal pénal central irakien, qui bafouent systématiquement les normes internationales. Les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse