Écrire Les communautés d’origine africaine vivant dans la vallée du fleuve Naya, dans les départements du Cauca et du Valle del Cauca

AMR 23/018/2008 - AU 179/08 Des membres des forces armées ont menacé des habitants de la vallée du fleuve Naya, qui sépare les départements du Cauca et du Valle Del Cauca, en leur déclarant que des groupes paramilitaires étaient en train de revenir dans cette région. Les groupes paramilitaires colombiens sont censés avoir été démobilisés dans le cadre d’un programme mis en place par le gouvernement. Cependant, cette menace démontre qu’ils sont toujours actifs et continuent d’entretenir des liens avec l’armée. La vie des membres des communautés d’origine africaine présentes dans cette région est en danger. Des soldats de la deuxième brigade mobile et du bataillon de haute montagne ont installé un campement dans le hameau de San Bartolo, dans la vallée du fleuve Naya, entre le 1er et le 20 avril. Ils ont indiqué aux personnes habitant sur les lieux que des groupes paramilitaires étaient en train de revenir dans cette région. Certains ont déclaré à ces villageois, dont la plupart font partie de communautés d’origine africaine : « Vous faites preuve de beaucoup de courage, mais ceux qui nous suivent sont encore plus courageux que vous. » Après que ces deux unités de l’armée ont quitté la région le 20 avril, des graffitis faisant référence aux paramilitaires ont été découverts à l’endroit où les soldats avaient campé. Parmi ces inscriptions figuraient les deux suivantes : « Les AUC tuent, mais Dieu les pardonne » et « Les ACCU côtières tuent sept personnes ». Les Milices paysannes d’autodéfense de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse