Écrire Muhammad Hamid Ibrahim Sulayman (h), Hassan Bashir (h), Muhammad Salih (m), Jamila Muhammad Tijani (f) ressortissants tchadiens

MDE 23/025/2008 - Action complémentaire sur l’AU 84/08 (MDE 23/017/2008, 2 avril 2008) À la fin du mois de juin, Muhammad Hamid Ibrahim Sulayman, Hassan Bashir et Muhammad Salih ont reçu une copie du jugement rendu en mars à l’issue de leur procès devant un tribunal pénal de Riyadh, la capitale de l’Arabie saoudite. Ils ont alors appris qu’ils avaient été reconnus coupables de vol et condamnés à être amputés du bras droit. Ces trois hommes ont le droit de faire appel de leur condamnation, mais ils n’ont pas été autorisés à bénéficier des services d’un avocat. Les recours qu’ils formeront seront examinés par la Cour de cassation, et s’ils en sont déboutés, leurs dossiers seront alors transmis au Conseil judiciaire suprême. Ce dernier peut ordonner que leur peine d’amputation soit exécutée. Amnesty International n’a reçu aucune information supplémentaire concernant Jamila Muhammad Tijani, qui a été condamnée à un an d’emprisonnement à l’issue d’un procès devant le même tribunal à Riyadh et libérée sous caution en attendant que les dossiers de tous les accusés de cette affaire soient réexaminés par la Cour de cassation et le Conseil judiciaire suprême. Le procès de ces quatre personnes devant le tribunal pénal a été inéquitable. Aucun des accusés n’a jamais bénéficié de l’assistance ou de la représentation d’un avocat au cours de cette procédure judiciaire. Certains auraient en outre été soumis à des actes de torture et à d’autres mauvais traitements lors de leur arrestation. Muhammad Hamid Ibrahim Sulayman a reçu des (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir