Écrire Vettivel Jasikaran (h), écrivain et éditeur ; Valarmathi Jasikaran (f), son épouse

ASA 37/026/2008 - Action complémentaire sur l’AU 110/08 (ASA 37/018/2008, 25 avril 2008) Le 30 juin, Vettivel et Valarmathi Jasikaran ont été traduits devant un tribunal de première instance de Colombo, qui a prononcé leur maintien en détention sans inculpation pour trois mois supplémentaires. Ils sont toujours entre les mains du Service d’enquête sur le terrorisme (TID) à Colombo. Vettivel a déclaré devant le tribunal qu’il avait été torturé. Le 8 juin, Vettivel et Valarmathi Jasikaran ont saisi la Cour suprême pour violations de leurs droits fondamentaux, au motif que leur arrestation et détention étaient illégales et que Vettivel avait subi des actes de torture. Le 13 juin, en effet, Vettivel a déclaré devant le tribunal qu’il avait été torturé par le TID. Il a fait constater ses blessures par un médecin légiste de l’État le 27 mai, lors d’un examen médical. Or, le médecin a rédigé son compte rendu en cingalais, une langue que Vettivel et Valarmathi Jasikaran, tamoulophones, ne comprennent pas. Le rapport a été remis au magistrat le 6 juin sans que la famille de Vettivel ni son avocat n’en ait obtenu copie, et l’on en ignore le contenu précis. Vettivel a de nouveau été torturé après ses déclarations du 13 juin au tribunal. À l’issue d’audiences qui ont eu lieu, respectivement, les 27 et 30 juin devant la Cour suprême et le tribunal de première instance, ces juridictions ont ordonné au TID de faire à nouveau examiner Vettivel par un médecin légiste d’État, et de présenter le compte rendu de cet examen à la (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.