Écrire 11 jeunes

AFR 46/024/2008 - AU 198/08 Le 7 juillet à 1 heure du matin, une dizaine d’hommes armés, probablement liés à l’Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (ZANU-PF), le parti au pouvoir, ont attaqué un camp de personnes déplacées et enlevé les 11 jeunes qui y montaient la garde. Ces derniers risquent d’être torturés, voire tués. Les hommes qui ont attaqué ce camp, situé sur le terrain du centre de formation de Ruwa, à environ 25 kilomètres de la capitale, Harare, étaient vêtus de treillis militaires et portaient des masques. Certains ont pénétré dans un bâtiment et agressé les hommes qui dormaient dans une pièce, en les accusant de soutenir le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), le principal parti d’opposition. D’autres sont entrés dans une chambre et ont attaqué les femmes qui y dormaient. Au moins cinq femmes et trois hommes ont été blessés si grièvement qu’ils ont dû être hospitalisés à la clinique du centre de formation. Ce camp de personnes déplacées héberge environ 400 civils contraints de fuir leur domicile pour échapper aux violences qui ont suivi les élections présidentielle et législative du 29 mars, à l’issue desquelles la ZANU-PF a perdu sa majorité au parlement pour la première fois depuis l’indépendance du pays, en 1980. Amnesty International a appris par des sources internes au camp que personne n’a vu les 11 jeunes depuis cette attaque. Des sympathisants du MDC enlevés par des bandes similaires ont été torturés ou tués. À la suite de cette attaque, le responsable de la police (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir