Écrire Farzad Kamangar (alias Siamand) (h), 32 ans, enseignant ; Ali Heydariyan (h) ; Farhad Vakili (h) ...

... Membres de la minorité kurde d’Iran MDE 13/094/2008 - Action complémentaire sur l’AU 147/08 (MDE 13/075/2008, 30 mai 2008) Selon l’organisation non gouvernementale Défenseurs des droits humains en Iran, la Cour suprême a confirmé les peines de mort prononcées contre Farzad Kamangar, Ali Heydariyan et Farhad Vakili. Ces trois hommes ont été condamnés à mort en février 2008 pour mohareb (« inimitié à l’égard de Dieu »), une accusation portée contre les personnes accusées d’avoir opposé une résistance armée à l’État, probablement en raison de leur appartenance présumée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe armé qui commet des attentats en Turquie. Ali Heydariyan et Farhad Vakili ont également été condamnés à dix ans d’emprisonnement, pour avoir falsifié des documents, semble-t-il. Aux termes du droit iranien, ils doivent purger leur peine de prison avant d’être exécutés. Défenseurs des droits humains en Iran a également indiqué que lorsque les autorités de la prison de Rajai Shahr, dans la province de Téhéran, ont informé Farzad Kamangar de la décision de la Cour suprême, elles lui ont demandé d’écrire une lettre afin de demander une grâce. Celui-ci a refusé, au motif qu’une telle démarche reviendrait à reconnaître sa culpabilité, alors qu’il a toujours nié avoir commis une quelconque infraction. Par conséquent, sa condamnation à mort sera soumise au responsable du pouvoir judiciaire pour approbation, après quoi elle pourrait être exécutée à tout moment. Farzad Kamangar vers le mois de juillet 2006 à (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse