Écrire Moisés Molina Rodríguez (h), 55 ans ; José Reyes Aguilar (h) ; Adenicio Reyna Cruz (h), 50 ans ...

... ainsi que les autres membres de la communauté d’Uruapilla et de l’Organisation paysanne indigène et populaire « Ricardo Flores Magón » (OCIP-RFM) AMR 41/031/2008 - AU 200/08 Plusieurs membres de la communauté d’Uruapilla, dans la municipalité de Morelia (capitale de l’État du Michoacán), et de l’Organisation paysanne indigène et populaire « Ricardo Flores Magón » (OCIP-RFM), un groupe politique, ont été la cible de manœuvres d’intimidation, d’enlèvements et d’agressions visant à les forcer à quitter un terrain qui fait l’objet d’un litige. Les autres membres de cette communauté et de l’OCIP-RFM risquent de subir encore des attaques. Les habitants d’Uruapilla utilisent le terrain concerné, nommé « Tabiquera La Loma », pour y fabriquer des briques. Selon des militants présents sur place, le 12 juin, un groupe d’hommes armés est entré au domicile de Moisés Molina Rodríguez, qui est la seule personne résidant sur ces terres. Ces hommes l’ont roué de coups, l’ont contraint à se mettre en sous-vêtements, lui ont bandé les yeux et l’ont forcé à marcher pendant plusieurs heures jusqu’à un autre lieu, probablement une cave, où il a été enchaîné et battu à maintes reprises. Il a été privé de nourriture pendant huit jours. Il a eu l’impression qu’au moins trois autres hommes étaient retenus prisonniers au même endroit. Ses ravisseurs, qu’il n’a pas pu identifier, l’ont interrogé plusieurs fois au sujet de son appartenance à l’OCIP-RFM, une organisation politique qui soutient les revendications de la communauté d’Uruapilla sur les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse